Mali : ces défis qui attendent le nouveau premier ministre

Pourra-t-il relever les défis immenses d’un Mali malade et qui semble sombrer chaque jour davantage dans une crise qui dure depuis plus de cinq ans ? C’est la question qui taraude l’esprit des analystes et des citoyens lambda depuis la nomination de Abdoulaye Idrissa Maïga au poste de premier ministre du Mali, en remplacement de M. Modibo Keïta. Cest la 4éme fois en moins de quatre ans que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, change de premier ministre.

Ainsi, c’est suivant le décret n°0315 / P-RM du 08 avril 2017 que la nommination de celui qui était précedemment ministre de la défense et des anciens combattants a été portée à la connaisance du public. Le nouveau locataire de la primature est un ingénieur en élevage. Abdoulaye Idrissa Maïga a été directeur de campagne de IBK qu’il a amené au pouvoir lors de la présidentielle de 2013. Il intégrera ensuite le gouvernement tout d’abord comme ministre de l’environnement et de l’assainissement, puis ministre de l’Administration territoriale, avant d’être celui de la Défense et des anciens combattants.

C’est un proche du chef de l’Etat, qui appartient au premier cercle des cadres du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti présidentiel. Abdoulaye Idrissa Maïga est réputé intègre, méthodique, travailleur et réservé. Il est également connu comme un homme de dialogue qui aime dire les choses telles qu’elles sont. Des qualités qui ont certainement conduit à son choix pour désamorcer la bombe sociale et renforcer la confiance entre l’État, les mouvements signataires et les partenaires sociaux.

La nomination du nouveau premier ministre intervient dans un contexte où le Mali fait fasse à de nombreux défis : social, politique et sécuritaire.

  • Un contexte social tendu

Cela fait plus d’un mois que les médecins sont en grèves provoquant une crise sans précédent dans le secteur de la santé. A cela s’ajoute le mouvement des enseignants supérieurs qui sont en grève pour une période illimitée. La population est la première victime de ce contexte social très tendu surtout pendant cette période de haute chaleur.

 

  • Sécurité intérieure

Depuis quelques mois le conflit au nord du Mali s’étend au centre avec une recrudescence des attaques et des conflits entre groupes ethniques. La sécurité intérieure est donc extrêmement critique et demande des actions aussi concrètes que rapides.

 

  • Application de l’accord de paix

L’accord de paix d’Alger peine à se mettre en place à cause notamment des attentats meurtriers dans les régions du nord, des violations de cessez-le-feu entre groupes rebelles et armée nationale, des élections locales sous tension et, plus récemment, des conflits intercommunautaires dans le centre du pays. Tout cela rend en plus très difficile la mise en place des autorités intérimaires, qui doivent assurer l’administration des communes en attendant les élections régionales.

Autant de sujets auxquels le nouveau premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga devra s’atteler pour une sortie de crise rapide du pays.

Laisser un commentaire